| envisager un autre cycle |
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Bouzak
Administrateur


Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: ...   Mar 18 Juil - 11:56

Le conflit se terminerait d'ici
"quelques semaines"

NOUVELOBS.COM | 18.07.06 | 10:27

C'est ce qu'indique le vice-chef d'état-major de l'armée israélienne, n'excluant pas une invasion terrestre. Pour Ehud Olmert, l'offensive se poursuivra jusqu'à la libération des soldats prisonniers du Hezbollah.

Ehoud Olmert (AP)
Ehoud Olmert (AP)

L 'offensive que l'armée israélienne mène au Liban s'achèvera d'ici quelques semaines, a estimé mardi 18 juillet Moshe Kaplinsky, chef d'état-major adjoint de Tsahal, ajoutant que l'Etat juif avait besoin d'un peu de temps pour mener à bien des "objectifs très clairs".
"Les combats au Liban prendront fin dans quelques semaines. Nous n'en aurons pas pour des mois", a-t-il assuré au micro de la radio militaire.
Moshe Kaplinski, a par ailleurs déclaré mardi qu'une invasion terrestre du Liban n'était pas exclue. "A ce stade, nous ne pensons pas que nous devions activer massivement des forces terrestres au Liban, mais si nous sommes amenés à le faire, nous le ferons. Nous ne l'excluons pas", a dit le général Kaplinski à la radio israélienne.
"Le Hezbollah dispose d'un très large éventail de types de roquette. Cette organisation a encore une capacité de tir sur le nord (d'Israël) et les habitants le ressentent encore. Nous ferons tout pour réduire cette souffrance".
Le général Kaplinski avait indiqué lundi soir que les opérations se poursuivraient "au moins une semaine encore".

"Le degré des pressions internationales sur Israël nous permettra encore de continuer au moins une semaine", avait-il affirmé, en marge d'une conférence de presse à Tel Aviv.

Ehud Olmert ne flanche pas

L'aviation israélienne a continué lundi à bombarder le Liban pour la sixième journée consécutive, faisant 42 nouvelles victimes et infligeant au pays certaines des plus graves destructions depuis 20 ans.
Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a affirmé à la Knesset que l'offensive se poursuivrait tant que les soldats israéliens enlevés mercredi par le Hezbollah ne seraient pas libérés et que l'armée libanaise ne contrôlerait pas le sud du Liban.
"Nous lutterons pour les conditions fixées par la communauté internationale: le retour des otages, un cessez-le-feu total, un déploiement de l'armée libanaise dans le sud du Liban et le désarmement du Hezbollah en accord avec la résolution 1559 de l'Onu", a déclaré Ehud Olmert.

"Pays en morceaux"

Au moins 204 personnes, dont 190 civils, ont été tuées et plus de 500 autres blessées depuis le début des raids aériens opérés depuis mercredi par Tsahal, qui ont en outre détruit une bonne partie des infrastructures du Liban.
Le Premier ministre libanais Fouad Siniora a affirmé que les dégâts s'élevaient à des milliards de dollars et il a accusé Israël de tenter de ramener le pays cinquante ans en arrière.
"Ce qu'Israël a entrepris, c'est de mettre ce pays en morceaux", a-t-il déclaré à Reuters. Devant l'escalade ininterrompue du conflit, les initiatives diplomatiques se sont multipliées.
La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice doit se rendre prochainement dans la région pour tenter d'y réduire les tensions.
Le secrétaire général de l'Onu a dit que les membres du Conseil de sécurité allaient commencer à discuter d'un accord permettant l'envoi d'une force de sécurité multilatérale au Liban. Ce projet a toutefois reçu un accueil mitigé des Etats-Unis et Israël a estimé qu'il était prématuré.

Intensification

"Nous en sommes à un stade où nous cherchons à nous assurer que le Hezbollah ne sera plus déployé à notre frontière nord", a déclaré Miri Eisin, porte-parole du gouvernement israélien.
Une source gouvernementale israélienne a d'ailleurs affirmé qu'Israël pourrait intensifier ces attaques dans les prochains jours, conscient que Washington ne pourra pas résister indéfiniment aux appels de la communauté internationale à un cessez-le-feu.
Au sixième jour du conflit entre Israël et le Hezbollah, la campagne de raids aériens menée par Israël n'a pas faibli.
Parmi les cibles frappées par l'aviation israélienne figurent deux positions de l'armée libanaise dans le nord du pays, où six soldats ont été tués, des maisons de responsables du Hezbollah dans l'est du pays et, une nouvelle fois, des dépôts de carburant, usines et installations civiles à Beyrouth.
Au Sud-Liban, un missile israélien a pulvérisé deux voitures de civils fuyant vers Beyrouth, faisant une dizaine de morts.
Les corps de neuf civils ont par ailleurs été retirés lundi des décombres d'un immeuble détruit la veille lors d'un raid israélien à Tyr dans le sud du pays.

Roquettes

Selon sa propre radio, l'armée israélienne souhaite imposer un no man's land d'un kilomètre de profondeur le long de sa frontière nord pour éviter le renouvellement d'attaque du Hezbollah du type de celle de mercredi dernier.
De son côté, le Hezbollah a tiré plusieurs dizaines de roquettes contre la ville israélienne de Haïfa, à une quarantaine de kilomètres au sud de la frontière libanaise, provoquant l'effondrement partiel d'un immeuble de trois étages et faisant deux blessés.
Une roquette s'est également écrasée près d'un hôpital de la ville de Safed, toujours dans le nord du pays, blessant au moins six personnes, ont rapporté des médecins.
Au total, les attaques du Hezbollah ont fait 24 morts parmi les Israéliens, dont 12 civils tués par des roquettes. Tsahal a dit avoir fait échouer un tir de missile à longue portée du mouvement chiite, un Zelzal d'origine iranienne. (Avec Reuters)


Ils se sont pas fixés comme date-butoir le 26 juillet par hasard ? Qui peut croire que tout ça est uniquement fait pour retrouver deux soldats alors que dans quelques semaines, il aurait dû y avoir le référendum... De plus, je sais pas si je rate des infos ou quoi mais le silence de la communauté internationale là-dessus me fait limite gerber...
Enfin, je sais pas à quoi je m'attendais avec ce référendum, puisque l'histoire est un éternel recommencement mais bon... C'est quoi les intérêts de ces pays et de la communauté internationale d'entretenir la guerre là-bas ? Me suis jamais renseigné...

_________________
Nous on reste à crier
Que ça nous blesse
Que l'infiniment grand petit ici on déteste
A mettre au feu
Ta gentillesse
A dépolir le vert qui coule de tes yeux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola Parabellum

Lola Parabellum

Nombre de messages : 133
Localisation : Embruns et trémolos
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Mar 18 Juil - 20:10

Evidemment que les captures des soldats ne sont que des prétextes. Il s'agit d'enrayer le Hezbollah et ce, semble-t-il avec l'accord tacite des libanais chétiens. En clair un conflit ouvert entre Israel et la Syrie et l'Iran. Mais à quel prix ? Combien encore une fois de victimes innocentes ?
Quelle légitimité si ce n'est dénoncer un terrorisme d'état contre un terrorisme de fous d'Allah ? No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dune

Dune

Nombre de messages : 787
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Mar 18 Juil - 21:27

C'est navrant tout ça.
... et... ce qu'on peut se sentir impuissants !
L'impression que tout ce joue comme une partie d'échecs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peps



Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: ...   Mer 19 Juil - 16:13

Erwann Bleu a écrit:
Ils se sont pas fixés comme date-butoir le 26 juillet par hasard ? Qui peut croire que tout ça est uniquement fait pour retrouver deux soldats

Si c'est fait pour ça, c'est un mauvais calcul, parce que perdre 25 israëliens pour en sauver 2, c'est.......... surprenant.

Erwann Bleu a écrit:
De plus, je sais pas si je rate des infos ou quoi mais le silence de la communauté internationale là-dessus me fait limite gerber...

Pareil.

L'immobilité de l'ONU, en dehors de quelques déclarations d'intention à droite à gauche, me sidère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouzak
Administrateur


Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Mer 19 Juil - 20:43

Jacko a fait une déclaration, je rentre juste (me suis acheté un bo buro ^^) alors je l'ai pas encore lue :

Déclaration de M. Jacques CHIRAC, Président de la République, sur la situation au Liban.
Palais de l'Élysée - Paris le mercredi 19 juillet 2006.


Mesdames, Messieurs, je viens de réunir les principaux ministres concernés, à l'issue du Conseil des Ministres, pour faire le point, ce que nous faisons régulièrement, de la situation au Liban qui est une situation dramatique et qui nous préoccupe énormément.

Je rappelle d'abord que, dans le cadre et dans l'esprit de ce qui a été décidé, notamment à l'initiative de la France, à l'occasion du G8 de Saint-Pétersbourg, il nous paraît essentiel de faire les gestes indispensables au retour à la paix.

Ces gestes sont clairs. C'est, d'une part, la libération de soldats israéliens retenus prisonniers actuellement, soit par le Hamas, soit par le Hezbollah, et l'arrêt du lancement de roquettes, notamment de roquettes Qassam, sur Israël. C'est, d'autre part, l'arrêt des bombardements qui détruisent des équipements indispensables à la vie du Liban et qui font, hélas, des victimes, morts et blessés

Dans ce contexte, il est indispensable, s'agissant de la Palestine, de reprendre le dialogue avec le Président de l'Autorité palestinienne, Monsieur Mahmoud ABBAS. Et s'agissant du Liban, d'appliquer réellement la résolution 1559 de l'ONU, en comprenant bien -et tous les Libanais doivent comprendre cela, et admettre cela- qu'il ne peut pas y avoir de Liban stable politiquement, de Liban assumant ses responsabilités et son développement, de Liban démocratique, si une partie de son territoire est occupée par des milices qui n'obéissent pas au gouvernement central libanais.

Il faut rétablir l'autorité, la stabilité, la souveraineté du Liban. C'est l'intérêt de tous les Libanais quels qu'ils soient. C'est aussi l'intérêt de la démocratie et l'intérêt de la morale.

Dans ce contexte, la situation humanitaire nous préoccupe énormément. C'était l'objet de la réunion de ministres que je viens de tenir. C'est une situation humanitaire grave en raison des morts, des blessés, des personnes déplacées en grand nombre, de l'insécurité totale qui règne sur le Liban, des destructions à la fois des infrastructures indispensables à la vie, mais aussi, aujourd'hui compris, d'usines fabriquant de l'alimentation ou du lait pour les enfants. Il y a là un problème qui justifie, je dirais, l'appel à l'aide du gouvernement libanais que nous soutenons. Cet appel à l'aide concerne des besoins immédiats auxquels la France a bien l'intention de répondre.

C'est dans cet esprit que nous avons décidé d'affréter dès aujourd'hui un avion gros porteur qui partira dans les heures qui viennent et qui apportera ce que le gouvernement libanais nous a demandé, c'est-à-dire des moyens, en particulier pour ce qui concerne l'eau potable, des groupes électrogènes nécessaires pour le fonctionnement normal des hôpitaux, des médicaments en grand nombre qui sont devenus indispensables, notamment pour la survie des blessés, pour les enfants, pour l'ensemble de celles et de ceux qui ont besoin de cela.

Cet avion partira dans les heures qui viennent. Il arrivera à Larnaca où ce qu'il transporte prendra le bateau pour rejoindre Beyrouth. C'est le bateau qui, par ailleurs, rapatrie un certain nombre de Français ou franco-libanais ou étrangers, qui veulent rentrer en France.

Nous avons aussi décidé de mobiliser des moyens de transports militaires français qui sont en train d'arriver sur zone pour permettre d'avoir un transport facilité entre Larnaca, à Chypre, et Beyrouth d'une part, d'autres endroits du Liban, si cela s'avère nécessaire.

J'ajoute qu'il y a deux urgences auxquelles il faut immédiatement répondre. C'est d'une part une trêve humanitaire. On ne peut pas laisser la situation se développer comme elle se développe actuellement. Il faut une trêve humanitaire et chacun doit apporter son concours à l'élaboration de cette trêve. C'est dans cet esprit que nous avons mobilisé la communauté internationale, que nous avons mobilisé l'Europe.

Il faut également établir des corridors humanitaires à l'intérieur du Liban pour permettre le déplacement des populations qui ont besoin de bouger au Liban et qui doivent pouvoir le faire dans une certaine sécurité. Et il faut des corridors humanitaires également entre le Liban et l'extérieur, c'est-à-dire essentiellement pour le moment entre le Liban et Chypre.

Voilà les dispositions que nous avons décidé de prendre. Nous le faisons en liaison étroite avec le gouvernement libanais. Et je peux vous dire que nous y mettons à la fois tous nos moyens et tout notre cœur.

Je vous remercie.

_________________
Nous on reste à crier
Que ça nous blesse
Que l'infiniment grand petit ici on déteste
A mettre au feu
Ta gentillesse
A dépolir le vert qui coule de tes yeux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouzak
Administrateur


Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Mer 19 Juil - 20:53

Ah ah... Je rêve, il condamne même pas les actions d'Israël, quelques peu disproportionnées par rapport à leur dite cause...

'fin bon, c'est Jacko cheers


_________________
Nous on reste à crier
Que ça nous blesse
Que l'infiniment grand petit ici on déteste
A mettre au feu
Ta gentillesse
A dépolir le vert qui coule de tes yeux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dune

Dune

Nombre de messages : 787
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 20 Juil - 8:44

Je ne le trouve pas si mal, le discours de Jacko. Bien sûr, il essaie de ménager la chèvre, le chou, Monsieur Seguin et tout ce qui pourrait lui retomber sur le museau… mais bon… le contexte est loin d’être simple et, même si les sympathies vont d’un côté plutôt que d’un autre, rien n’est tout noir ou tout blanc.

Il y a volonté, clairement exprimée, d’agir sur la situation humanitaire et de vouloir éviter l’isolement de la population Libanaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola Parabellum

Lola Parabellum

Nombre de messages : 133
Localisation : Embruns et trémolos
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 20 Juil - 10:57

Le gouvernement libanais n’a jamais eu les moyens d’appliquer la résolution 1.559 des Nations Unies, appelant au respect de sa souveraineté et au désarmement des milices armées sur son territoire. Le Hezbollah, qui constitue un véritable Etat dans l’Etat, continue donc, en toute impunité, de prendre pour cible le nord du territoire israélien depuis le retrait de Tsahal du Liban en 2000. Ce qui ne justifie pas pour autant l'agression d'Israel comme "droit de se défendre". C'est abject.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peps



Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 20 Juil - 17:54

J'avoue avoir du mal à me positionner sur ce conflit, parce que je n'ai pas tout l'historique en tête.

Je pense qu'au point où l'on en est, il est évident qu'il n'y a pas un seul responsable de la situation dans laquelle se trouve cette région.

Ce qui est certain, cependant, c'est que les "représailles" israëliennes sont démesurées, et que le terrorisme d'état n'est pas plus juste ou plus justifié que tout autre terrorisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouzak
Administrateur


Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 20 Juil - 18:00

Oui, pour moi aussi les origines sont floues.

Mais (c'est très grossier je vous préviens) il me semble qu'au départ, après la seconde guerre mondiale, ce sont les puissances ayant vaincues qui ont voulu créer un état Juif. Ils ont donc choisi ça au milieu de colonies, pof, ils ont posé le truc.
(si ce n'était pas si grave, j'en rigolerais presque... attendez la suite ^^)

Mais ils ont ensuite décolonisé. Et que se sont empressés de faire les pays entourant Israël ? S'allier pour aller occuper le territoire qui était posé là. Le problème, c'est qu'Israël a flanqué une pâtée à tout le monde, et contre toute attente...

Mais je crois que les origines (débiles, comme souvent ^^) ne servent à montrer qu'une chose : la responsabilité internationale. Dans cette histoire, si je me suis pas trompé, Israël semble légitime : ils ont gagné des territoires en se défendant. Mais bon, maintenant...

_________________
Nous on reste à crier
Que ça nous blesse
Que l'infiniment grand petit ici on déteste
A mettre au feu
Ta gentillesse
A dépolir le vert qui coule de tes yeux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CéLine
Modératrice
CéLine

Nombre de messages : 484
Age : 45
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 20 Juil - 18:06

J'ai regulierement choqué maintes "amis" d'extreme gauche dont je suis pourtant si proche, en refusant d'etre pro-palestinnienne, comme cela fait si "bien".
D'un coté comme de l'autre, ils m'ont tous fait gerber. Le nationalisme sous jacent a tout ses conflits me fait mal à l'estomac.
Oh bien sur, je comprends tout a fait que les palestinniens qui vivait sur des terres aient carrement mal encaissé de s'en faire expluser, tout comme je comprend l'envie des juifs de retrouver une tere, un lieu, où on arreterait d'essayer de leur faire la peau sans cesse.
Mais de là a vouloir posseder à la place de..., de ne pas arriver a se partager quelque chose qui n'appartient à personne, a se definir en opposition à l'autre.....
Ni un coté ni l'autre ne valent mieux à mes yeux. la seule difference etant qu'Israel possede pleus de moyens de destructions que les palestinniens et donc semble plus vindicatifs mais profondement, je reste persuadé que si les dirigeants palestinniens avaient les mêmes moyens, ils ne se conduirait pas mieux.

Ici, entre Liban et Israel, mon impression est identique. I n'y a ni bon ni mechant, juste des cons et au milieu, l'être humain qui trinque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pelleteuse-de-nuages.over-blog.com
Peps



Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 20 Juil - 18:09

Ce que je sais, c'est qu'effectivement Israël a été créé en 1948 par la coalition alliée.

Les frontières ont été fixées dans un traité, une convention ou un machin international, quoi.

Après, je sais pas comment ça a évolué, pourquoi, comment, etc...


Déjà, on peut se poser la question de la pertinence de l'idée d'origine : offrir aux membres d'une religion des terres (qui, avant 48, appartenaient logiquement à d'autres états, je suppose), pour s'excuser d'un génocide qu'ils n'ont pas perpetré.

Ca doit être intéressant tout ça, cette genèse d'un état, comment on a fait pour en arriver là ; mais tout ça me dégoûte tellement que j'ai aps envie de me documenter sur le sujet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CéLine
Modératrice
CéLine

Nombre de messages : 484
Age : 45
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 20 Juil - 18:17

Peps a écrit:

Ca doit être intéressant tout ça, cette genèse d'un état, comment on a fait pour en arriver là ; mais tout ça me dégoûte tellement que j'ai aps envie de me documenter sur le sujet

Moi j'avais vaguement essayé, le problème etant qu'on peut rarement trouver des explications non partisanes. Bon d'accord, c'est evident que c'est valable pour tout, rien n'est totalement neutre mais dans cette histoire là, c'est demesurement amplifié, tu as du mal a savoir le vrai du faux sur certains points.

Su l'idée même de creation d'Israel, ce qui ressort surtout c'est comment l'aurope s'est debarrassé du problème, ou plutot a cru le faire..comme si en cahcant la poussière sous le tapis on la faisait disparaitre.
La mauvaise conscience n'est jamais porteuse de bonnes idées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pelleteuse-de-nuages.over-blog.com
Lola Parabellum

Lola Parabellum

Nombre de messages : 133
Localisation : Embruns et trémolos
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 20 Juil - 19:45

Chacun est libre de se demander si la création de l'Etat d'Israël n'était pas une erreur, mais comment parler d' "erreur" au lendemain du Judéocide ? C'était une forme de réparation à bon compte pour l'Occident. Donc Israël existe et il n'est pas question de revenir en arrière. Mais il faut qu'Israël évacue la totalité des territoires qu'il occupe et devienne un Etat réellement démocratique avec des droits égaux pour tous ses citoyens, juifs et palestiniens confondus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dune

Dune

Nombre de messages : 787
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 20 Juil - 21:14

http://www.monde-diplomatique.fr/cahier/proche-orient/chronogenerale
http://www.monde-diplomatique.fr/cahier/proche-orient/chronointifada2part1
http://www.monde-diplomatique.fr/cahier/proche-orient/chronointifada2part2
http://www.monde-diplomatique.fr/cahier/proche-orient/a12330

Une chronologie qui me semble bien faite et qui peut aider à mieux comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CéLine
Modératrice
CéLine

Nombre de messages : 484
Age : 45
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 20 Juil - 22:02

Je suis d'accord avec toi Lola, on ne peut plus revenir sur la passé. La solution n'est en aucun cas de dire "Israel etait une erreur donc gommons là" ou plutot "eradiquons là" serait le terme plus approprié aux visée de certains president iranien et tant d'autres debiles profonds.
C'est un peu la même problematique qu'en Irlande. Virer les protestants ne servirait a rien, il faut juste reflechir a vivre ensemble, a partager..mais decidement, comme les momes qui refuse de preter leur jouet aux autres gamins, une fois adulte, l'être humain ne semble franchement pas apprecier le principe du partage.

Par contre créer Israel au lendemain de la 2nde Guerre, me semble une belle connerie. Pas le fait de créer un Etat, je suis bien incapable de juger la dessus, mais de faire ça par culpabilité, par antisemitisme aussi quelque part. Version une fois qu'"ils" auront ca, ils nous emmerderont plus, ils ne seront plus chez nous et en plus ils ne nous demandrons plus de compte sur notre silence, passivité ou même participation à la Shoah.
Ce n'est pas une facon intelligente de construire.
Enfin si ca se trouve, je me trompe completetement et tout a etait fait par altuisme pur mais chais pas pourquoi j'ai des doutes Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pelleteuse-de-nuages.over-blog.com
krys



Nombre de messages : 1006
Localisation : Fermons-les-clans
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Sam 22 Juil - 1:15

Peps a écrit:
(qui, avant 48, appartenaient logiquement à d'autres états, je suppose)
C'était une colonie anglaise.
Dans les trentes ans qui ont suivit tout la plupart des colonies européennes ont obtenu l'indépendance, la palestine ça n'était plus colonie européennes mais israélienne.
Les anglais, c'était encore possible de les renvoyer en europe, les israelien il n'y a nulle part ou les renvoyer. C'est le même phénomène que l'irlande du nord... Les anglais ont peu toujours les renvoyer en angletterre, pas un irlandais du nord.
L'independance formelle (avec un état, une constituion, un drapeau, une equipe de foot, tous ça) d'une colonie, la rends légitime.
En gros, tu peux peter la gueule, d'un gars pour lui piquer sa baraque, pourvu que ca ne soit pas toi qui y vive. (Corolaire des dix commandements.)
C'est le gros problème du moyen-orient, c'est qu'il se petent la geule entre voisin pour leur propre compte, alors que s'il mettait des gars qui n'ont rien avoir avec la vie, à la place, ça finirai par passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouzak
Administrateur


Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Jeu 27 Juil - 16:48

Pour comparer avec le discours de Jacquo (qui en a refait un tout aussi mièvre pour Le Monde) :

Quand la France défendait le Liban

Parmi les premières cibles de l’opération d’« autodéfense » israélienne, l’aéroport civil de Beyrouth. L’histoire se répète. A la fin de l’année 1968, alors que le Proche-Orient ne se remettait pas de la guerre de juin 1967, la résistance palestinienne s’organisait. Le Front populaire pour la libération de la Palestine, un groupe radical, attaquait, le 26 décembre 1968, sur l’aéroport d’Athènes, un appareil d’El-Al, tuant un officier israélien à la retraite. Un des membres du commando était originaire du Liban et l’opération fut revendiquée à partir de ce pays. Deux jours plus tard, un commando israélien détruisait treize avions de ligne sur l’aéroport international de Beyrouth. Le Conseil de sécurité condamna à l’unanimité cette action et demanda à Israël de payer les dégâts, ce qu’il ne fit jamais. La France déclara que le principe des « représailles » était inacceptable et le général de Gaulle décréta l’embargo sur les armes à destination d’Israël, refusant de livrer 50 Mirages qu’Israël avait déjà payés (1).

Le communiqué du conseil des ministres français du 8 janvier observait : « On a fait la comparaison entre l’attentat d’Athènes contre un avion israélien et l’opération contre l’aéroport de Beyrouth : en fait, ces deux opérations n’étaient pas comparables. A Athènes, il s’agissait d’un coup de main organisé par des hommes appartenant à une organisation clandestine. A Beyrouth, l’opération a été montée par un Etat avec son matériel militaire, en particulier des Super-Frelon et des Alouettes de fabrication française contre des installations civiles d’un autre Etat. » Et le gouvernement n’hésita pas à mettre en cause « les influences israéliennes [qui] se font sentir d’une certaine façon dans les proches milieux de l’information (2). » En ce temps là, le gaullisme ne mâchait pas ses mots.

Alain Gresh

(source : le monde diplo)

_________________
Nous on reste à crier
Que ça nous blesse
Que l'infiniment grand petit ici on déteste
A mettre au feu
Ta gentillesse
A dépolir le vert qui coule de tes yeux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peps



Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: ...   Lun 31 Juil - 23:50

Lola Parabellum a écrit:
Chacun est libre de se demander si la création de l'Etat d'Israël n'était pas une erreur, mais comment parler d' "erreur" au lendemain du Judéocide ? C'était une forme de réparation à bon compte pour l'Occident. Donc Israël existe et il n'est pas question de revenir en arrière. Mais il faut qu'Israël évacue la totalité des territoires qu'il occupe et devienne un Etat réellement démocratique avec des droits égaux pour tous ses citoyens, juifs et palestiniens confondus.

Je suis tout-à-fait d'accord avec toi, Lola.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola Parabellum

Lola Parabellum

Nombre de messages : 133
Localisation : Embruns et trémolos
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: ...   Ven 4 Aoû - 2:05

Semaine du jeudi 3 août 2006 - n°2178 - Monde

Le point de vue d'une Libanaise

Lettre à des Israéliens

« Que vous a rapporté votre inflexibilité ? La terreur aux portes de vos maisons, un univers enfermé, hostile à toute différence : le contraire de la pensée juive universelle qui nous a tant donné » par Dominique Eddé

Vos choix, à l'heure qu'il est, nous concernent tous. Je m'adresse ici à ceux d'entre vous qui approuvent cette guerre. Plus de 80% du peuple israélien. Au nom de votre sécurité, vous avez donné à vos gouvernants le droit de mettre à terre deux peuples et deux pays, la Palestine et le Liban. Sur quoi se fonde votre confiance renouvelée dans le pouvoir des bombes ? En quoi cette vision de soi sans l'autre est-elle une manière d'affronter la réalité, de protéger votre avenir ?
Si seulement vous saviez le montant de violence et de haine que sèment vos chars et vos avions, si vous saviez le long chemin que tant d'entre nous, vos voisins, ont fait pour vous comprendre, vous connaître, vous reconnaître, vous auriez peur de votre peur, peur du fourvoiement qu'elle vous inspire. Vous useriez de la force écrasante qui est la vôtre pour ne confier la paix qu'à l'application du droit : au retrait de vos troupes de tous les territoires occupés, au démantèlement de toutes les colonies, au respect de la légitimité du gouvernement palestinien. Le recours à la toute-puissance militaire ne vous a-t-il pas donné la preuve en Palestine, ainsi qu'à vos alliés américains en Irak, de son impuissance à mettre la réalité au pas de vos désirs ? Vos gouvernants ont beau mettre le feu au paysage qui vous effraie, plus ce paysage brûle, plus il vous fait peur.
La réalité que vos chars et vos avions prennent pour cible - vies humaines, maisons, routes, villes et villages -, à peine l'avez-vous démolie qu'elle vous échappe. Si tangible, si spectaculaire soit-elle, la conquête qui est à la portée de vos soldats est un leurre. C'est, certes, une domination de l'espace, mais le temps ? Comment espérez-vous l'atteindre ? C'est pourtant lui votre ennemi, c'est lui qu'il vous faut amadouer, apprivoiser. Car cet espace, quoi que vous fassiez, est habité par un monde qui survit à ses morts et qui n'est pas le vôtre. Plus vous le détruisez, le rasez, l'effacez, plus sa mémoire grandit et se transforme en haine. D'elle, de cette mémoire embrasée, vous ne pourrez jamais vous faire obéir. Si loin soit-elle de la vôtre, plus rien ne sert de la nier et de lui faire porter le crime qui fut perpétré contre votre peuple. Ce n'est pas ici, c'est en Europe que le peuple juif a enduré l'horreur. Et c'est encore là-bas qu'un certain nombre de vos alliés, au prétexte de vous défendre, ne soutiennent vos guerres que pour mieux s'acquitter de leur culpabilité. Ne vous laissez pas berner par le silence approbateur du monde. Ralliez plutôt vos dissidents qui seront un jour l'honneur de votre histoire.
Les mouvements islamistes vous font peur ? Le Hamas et le Hezbollah vous menacent ? Il vous faut en finir, les rayer de la carte, les arracher comme des arbres, jusqu'aux dernières de leurs racines ? Vous ne pouvez pas, vous ne pourrez pas y parvenir. Voyez l'Irak démembré, décomposé, soumis depuis trois ans au rythme quotidien de ses plusieurs dizaines de morts et de blessés. Voyez maintenant le Liban, sur lequel votre armée s'acharne de tous côtés. Quel trophée vous attend à l'horizon des morts et de l'exode que vous causez ? Aucun. La presque totalité de la population chiite libanaise - soit près de 40% du peuple - soutient le Hezbollah, qui, souvenez-vous, est né en 1982 pour résister à la première invasion du Liban par vos troupes. Depuis, ce n'est plus seulement un parti armé, c'est une organisation sociale, politique, économique, un mode de pensée, une force incontournable.
Celle-ci, bien qu'alliée à l'Iran, n'est en aucun cas un corps étranger au Liban, elle en est désormais, que cela vous plaise, que cela nous plaise ou pas, une partie constituante, déterminante. Rêver son éradication à coups de bombes, c'est rêver de faire marcher un homme en lui coupant les jambes. C'est aussi exposer le Liban aux risques d'une nouvelle guerre civile. Seul le temps - encore lui - permettait, aurait peut-être permis, le lent réajustement des équilibres interlibanais. Votre Etat n'a cessé d'essayer, durant les cinquante-huit ans de son histoire, de troquer l'application du droit contre celle de la force. En est-il plus avancé ?
A présent, faisons les comptes. Mettons provisoirement de côté la souffrance endurée, une décennie après l'autre, par les Palestiniens, oublions un instant le droit du Liban, à n'être pas qu'un champ de ruines, qu'avez-vous gagné, vous, peuple israélien, à ne renoncer à rien ? Ou alors, si, soyons juste, vous avez renoncé au Grand Israël, mais en échange de quoi ? De quel territoire morcelé, de quelle invivable prison pour les Palestiniens ? Et pour finir, que vous a rapporté votre inflexibilité ? Quoi d'autre que la terreur aux portes de vos maisons ? Quoi de plus qu'un univers enfermé, hostile à toute différence : le contraire de la pensée juive universelle qui nous a tant donné ?
Vos ennemis de la veille - les Arabes - sont défaits, totalement défaits. Ce monde qu'on appelait « le monde arabe » et que vous perceviez, de loin, comme la pire des menaces, il n'est plus que l'ombre de lui-même. Son peu d'existence, il ne la doit plus désormais qu'à sa langue, qui, soit dit en passant, n'est pas sans rapport avec la vôtre. Ses autres liens et ressorts n'ont plus d'existence. Ils sont politiquement morts. Ni les guerres du Golfe, ni les guerres du Liban et de l'Algérie, ni celles de la Palestine et de l'Irak, ni, aujourd'hui, votre réinvasion de ce pays harcelé qui est le mien, n'ont provoqué le moindre mouvement de solidarité arabe.
Certains d'entre vous y voient peut-être le signe d'une première victoire. Ils auraient tort. Car ce monde vaincu, fini, décomposé, a donné à Israël, ainsi qu'aux grandes puissances, la mauvaise habitude de marcher au rythme et à la cadence que ceux-ci leur imposaient. Bon gré mal gré, il a, depuis la fin de l'Empire ottoman, réglé sa montre à l'heure occidentale, adopté un calendrier qui n'était pas le sien. Cette marche forcée ne fut pas, loin de là, le seul motif de ses naufrages mais elle y a contribué. Quoi qu'il en soit, le religieux, revenu en force sur la scène politique, a pris désormais le relais de l'arabisme. Et ce nouvel Orient déboussolé est, encore une fois, bien trop compliqué pour se laisser forger comme du métal par la seule volonté du couple israélo-américain et par le feu des bombes.
La plupart des régimes arabes, que n'épuise aucun adjectif - répressifs, mensongers, traîtres et corrompus -, sont en état de survie artificielle. C'est l'islamisme qui prend désormais un peu partout, sous des formes diverses, le relais de l'arabisme. Ce fait vous déplaît ? A bien d'entre nous aussi, figurez-vous. Quand je dis « nous », je pense à tous ceux qui, dans les pays arabes, se sont battus en faveur d'une citoyenneté qui transcende les appartenances communautaires. Pour des millions d'hommes, ce raz de marée signe une énorme défaite. Il n'empêche : le principe de réalité n'est pas une image que l'on efface en appuyant sur la gâchette.
Les équilibres ou les déséquilibres au sein de l'Islam, est-ce à vous ou est-ce aux musulmans eux-mêmes d'en décider ? Car le temps des islamistes, je me répète, n'est plus à la merci du vôtre. Vous aurez beau poursuivre leurs hommes de ville en ville, de pays en pays, les heures et les années qui sont les leurs n'ont plus de comptes à vous rendre. Tendez l'oreille, et comparez les discours arabes du siècle dernier avec ceux des actuels chefs religieux. Le débit des premiers est pressé, survolté, branché sur l'Occident, le second est lent, calme, indifférent à vos sommations, à vos ultimatums. Les islamistes ont donné un énorme coup de frein à la marche de l'histoire. Contre cette nouvelle horloge, vos bombes ne peuvent rien.
Votre compréhension, en revanche, votre juste appréciation du court et du long terme peut initier un mouvement qui protège vos droits sans détruire les nôtres ; mieux : qui fasse de votre pays un pôle autour duquel se rallier, une démocratie ouverte et non pas un vase clos fondé sur la conscience abusive d'une supériorité intrinsèque. Le pari est risqué ? Certes. Il est déjà trop tard ? Peut-être. Mais y a-t-il une autre voie qui ne soit suicidaire ?


Née à Beyrouth, Dominique Eddé, qui vit aujourd'hui à Paris, a publié en 1989 « Lettre posthume » chez Gallimard, puis, en 1992, « Beyrouth centre-ville » (Cyprès) et, en 1999, « Pourquoi il fait si sombre ? » (Seuil). Son dernier roman, « Cerf-volant », a été publié en 2003 dans la collection l'Arpenteur chez Gallimard.

Dominique Eddé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Trip :: Aperçus-
Sauter vers: